Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

(Ouais. C'est un jeu de mots. De geek.) Je vous raconte mes vacanc... mon travail sur des milliers de génomes dans une des villes les plus cosmopolites du monde... ça claque ou pas?

01 Aug

La génétique polynésienne

Publié par 尚希 Naoki ♪ □•°♡

Malheureusement il n'y a pas de service de génétique en Polynésie (sinon j'aurais peut-être pris qu'un aller-simple).

Les Polynésiens sont des énormes forces de la nature. Et quand je dis "énormes" c'est pas pour dire qu'ils sont gigantesques et costauds (même si c'est le cas), c'est surtout pour évoquer un IMC moyen carrément pathologique (en gros, ils sont patapoufs).

Alors soit la consommation massive de poisson cru serait un facteur d'obésité (mais ça je le saurais après 6 mois au Japon) soit ça s'explique autrement.

La génétique polynésienneLa génétique polynésienne
La génétique polynésienne

Et là, je vous vois tous venir:

"- C'est parce qu'on leur a ramené McDo, et qu'on leur donne pas assez de sous pour manger autre chose que des Twisties, ou boire autre chose que du Fanta".

Mais avant de faire la guerre au Fanta pastèque (qui est quand même très bon), on peut aussi regarder ailleurs, dans les autres choses qu'ils ont en commun... Leur histoire, et leurs gènes, par exemple.

Parce que des Twisties, on en mange aussi à Maurice, et on n'est pas (tous) obèses.

La génétique polynésienne

Je rentre pas dans les détails pour tous ceux que ça ennuie, mais en gros, en analysant le génome de plein-plein de Polynésiens (ou Samoa, et d'autres qui partagent une origine commune récente), on retrouve une forte association entre un variant dans le gène CREBRF, et l'obésité.

Mais genre, TRES TRES forte, beaucoup plus que les différentes mutations qu'on trouve dans les autres populations du monde.

L'explication par l'histoire:

M. Costaud et M. Gringalet sont sur un bateau (parce qu'ils quittent leur continent à la recherche d'aventure, de soleil et de jolies filles).

M. Gringalet meurt de faim, et tombe à l'eau. Qui reste?

Qui se tape les jolies filles et devient l'Adam d'une nouvelle population fondatrice?

(Là c'est à Auckland, preuve que le problème vient bien d'ailleurs) (Là c'est à Auckland, preuve que le problème vient bien d'ailleurs)

(Là c'est à Auckland, preuve que le problème vient bien d'ailleurs)

Bon, cela n'empêche pas de remarquer que leur risque cardiovasculaire a augmenté en flèche sur les 30 dernières années, que M. Costaud est devenu M. Diabète et que si la génétique y est pour quelque chose, c'est d'autant plus important de surveiller ce qu'on fait manger à tous ces gens...

C'est sûr que si on commence à donner ton nom à des rues parce que tu distribues des pâtisseries...

La génétique polynésienne

Petites références parce que j'ai été bien élevée (vous noterez que je cite le Lancet et Nature Genetics, donc que je me f**s pas de vous quand même):

Trends in adult body-mass index in 200 countries from 1975 to 2014: a pooled analysis of 1698 population-based measurement studies with 19·2 million participants.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/27115820

Changes in cardiovascular disease risk factors over 30 years in Polynesians in the French Pacific Territory of Wallis Island.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26346757

A thrifty variant in CREBRF strongly influences body mass index in Samoans

http://www.nature.com/ng/journal/vaop/ncurrent/full/ng.3620.html

La génétique polynésienne
Commenter cet article

À propos

(Ouais. C'est un jeu de mots. De geek.) Je vous raconte mes vacanc... mon travail sur des milliers de génomes dans une des villes les plus cosmopolites du monde... ça claque ou pas?